Covid : la situation sanitaire s'est fortement dégradée ces derniers jours

Hôpital Lozère : visite de soutien de la préfète Valérie Hatsch aux soignants.

La préfecture nous a fait parvenir ce communiqué :

"Avec 56 personnes hospitalisées dans le département, au 3 novembre, 15 à Langogne et 41 à l’hôpital Lozère de Mende, la situation sanitaire s’est fortement dégradée ces derniers jours. Toute la population est concernée : sur les 41 patients Covid hospitalisés à Mende, 6 ont moins de 65 ans. Et tous ne présentent pas des comorbidités associées.

C’est dans ce contexte d’épisode de circulation virale important que la préfète de la Lozère, Valérie Hatsch, a souhaité se rendre ce mercredi 4 novembre à l'hôpital Lozère à Mende. Une visite de soutien à l’ensemble du personnel de l’hôpital public qui doit faire face à un nombre élevé d'admissions en réanimation de patients positifs Covid19.

Au 4 novembre, sur les six lits de réanimations dont l’hôpital dispose, cinq sont occupés par des patients Covid19 et un par un patient non Covid.

Accueillie par Jean-Claude Luceno, directeur et le docteur Didier Putod, président de la commission médicale de l’établissement, la préfète de la Lozère a visité le service hospitalisation Covid19 et le service des Urgences.

Face à l’augmentation exponentielle des cas Covid hospitalisés, l’hôpital lozérien adapte une nouvelle fois son activité et son organisation en cohérence avec les dispositions et les niveaux d’alerte signifiés par la délégation départementale de l’Agence régionale de santé.

En fin de semaine, le service de réanimation passera de 6 à 9 postes. Le service Covid 1 passe dès cette semaine de 12 à 15 lits et le service de chirurgie composé de 24 lits se transforme en service Covid 2. Ainsi, la capacité totale d’accueil en nombre de lits Covid+ du centre hospitalier est portée à 39 lits.

Le secteur sanitaire lozérien s’adapte

Cette réorganisation s’inscrit également dans un contexte départemental dans lequel l’ensemble du secteur sanitaire s’adapte. Les autres hôpitaux de proximité concourent en effet pour apporter une réponse adaptée, dans une logique de territoire.
Ainsi, tous les patients dont la santé le permet, mais qui ne peuvent pas retourner à domicile, se verront proposer un transfert vers les services de médecine des hôpitaux de Marvejols, Florac, Langogne ainsi que de Saint-Chély-d’Apcher. L’HAD Lozère (hospitalisation à domicile) s’occupe pour sa part de la prise en charge des sorties de patients Covid à domicile.

Remerciements et encouragements aux soignants

Au nom de l’État, la préfète, Valérie Hatsch, qui a constaté la bonne marche des moyens mis en œuvre dans la gestion de crise sanitaire, a tenu à apporter son soutien à l’ensemble du personnel hospitalier, mobilisé jour et nuit, impacté par la dégradation de la situation sanitaire lozérienne.
Vingt agents hospitaliers, toutes professions confondues, sont actuellement positifs Covid19 et le besoin d’aide en ressources humaines est réel. L’hôpital manque d’infirmiers, d’aides-soignantes et de médecins. La Préfète de Lozère se félicite de l’arrivée prochaine d’un nouveau médecin. En conséquence, elle demande instamment de respecter les consignes sanitaires, les gestes barrières et le port du masque. C’est l’ensemble du système qui est ainsi préservé. En respectant les règles, chacun se protège et protège le système sanitaire, le médico-social et le handicap".

Commentaires (4)

  • YLV

    Merci pour ce point sur la situation Covid 19 en Lozère. On sait faire front solidairement en Lozère !

  • Gwen56

    Je vois encore beaucoup de gens sans masque dans Mende et alentours, pire je croise des gens lorsque je promène ma chienne qui se targuent que nous ne sommes pas touchés dans le département, la preuve que non !!!!! Chacun est responsable de soi mais quand il s’agit d’un virus ?, préservez les autres !!!!!!

  • Numacathel

    Une information qui date de ce week-end : 80% de l'ensemble "personnel soignant + patients" de l'hôpital et de la maison de retraite de Florac ont été testés positifs Covid19. L'information vient de l'hôpital lui-même qui a dû refuser de recevoir un patient que voulait lui transférer la clinique St Jean de Montpellier pour insuffisance rénale. Refus argumenté pour cette raison : "nous sommes saturés avec ce taux de cas testés positifs". La plupart des infirmières et médecins de l'hôpital sont cloîtrés chez car positifs et asymptomatiques. Les patients sont livrés à eux-mêmes. L'hôpital ne communique rien, semblant "en panique" ...

  • flo48

    Comment peux on expliquer que le personnel hospitalier de l'hopital de MENDE conduise un patient lors de sa sortie sans masque dans le couloir et que ce meme personnel porte le masque sous le nez? Faut il y voir une relation à cause a effet si ce même patient développe les symptômes du covid 6 jours aprés.

Réagissez à cet article


© 2014 La Lozère Nouvelle - Un site créé par La News Company

Scroll To Top