Blues du bitume à Saint-Frézal d'Albuges où les habitants ont manifesté en vain pour garder leur petit bout de chemin enduit bicouche

On dit souvent que tous les chemins mènent à Rome. Désormais, on est certain que les chemins bitumés ne mènent plus aux Taillades. C’est ce qu’ont découvert aujourd’hui les habitants de Saint-Frezal-d’Albuges à qui on a enlevé le bon bout de goudron qui leur convenait si bien. Explication…

En voilà une drôle d’histoire. Tout un petit village qui manifeste pour conserver sa portion de bitume… ça peut paraître étonnant. Et pourtant, cela ne l’est pas tant que ça.

Tout commence il y a quelques années avec la création du Parc éolien des Taillades. Le conseil municipal accepte les servitudes et le goudronnage d’une partie des chemins communaux pour permettre au chantier de voir le jour.

Puis, au fil des saisons, tout ce petit monde s’aperçoit que la contrainte est en fait un bel avantage… le chemin ne s’érode plus, il est toujours en bon état, permet l’obligation de maintenir les communications ouvertes pour les pompiers et l’administration forestière, etc. Mieux que cela, le ruban d’asphalte ouvre même de nouvelles perspectives pour la gestion des parcelles et l’exploitation du bois.

Si bien que Marie-Thérèse Roche, Madame le maire de Saint-Frezal-d’Albuges, au nom de ses administrés, demande par courrier à la préfète de revenir sur son engagement de remise en état originel du chemin et d’ôter le bitume.

la requête reste lettre morte. Ses petites sœurs itou. Idem, pour les demandes appuyées par les parlementaires, pourtant conquis à la cause. Et plus la date fatidique du mercredi 7 octobre approche, plus le silence de l’administration se fait lourd… et plus on s’aperçoit que le bon bitume bicouche qui couvre le chemin va manquer.

Et voila que ce fameux mercredi matin, l’entreprise est arrivée avec ses gros engins pour gratter le bitume, sans pour autant que les habitants de Saint-Frezal aient reçu leur réponse de l’administration.

Alors, tous unis, ils ont manifesté. Certes pas violemment façon black block, les gendarmes prévenus par les gentils manifestants en attestent. Mais bien pacifiquement. seulement par principe. Histoire d’avoir enfin leur réponse. Et ils l’ont eu, en dernière minute, cette réponse de la préfecture : c’est non ! Non, l’administration ne peut pas revenir sur cette décision dûment enregistrée, paraphée et passée à appel d’offres.

Et ça, les habitants de Saint-Frezal l’ont compris. Car en Lozère, on est civique, respectueux des lois et de la chose publique. Alors ils se sont écartés, laissant l’entreprise accomplir sa tâche, sans déranger.

« Tout ça pour ça », nous ont-ils confiés. Tant d’énergie pour obtenir une simple petite réponse. Du côté de Saint-Frézal on ne peut désormais pas s’empêcher de penser que notre réalité administrative ressemble étrangement à celle du film Brazil. Et qu’il est bien dommage que le petit ruban d’asphalte n’ait pas pu faciliter quelques années encore la vie au pays…



[pdf1]

Commentaires (5)

  • Roche Marie Thérèse

    Merci à l'équipe de Lozère Nouvelle qui reflète bien notre état d'esprit ce soir, désolée pour les habitants acquis à la cause de n'avoir pas pu garder ces bouts de bitumes qui préservaient bien ces chemins des aléas climatiques ... Merci à mon adjoint Cédric Gerbal qui m'a aidée à faire ce dernier recours, Nadège Talagrand la photographe du jour, à tous ceux qui ont répondu présent pour nous soutenir ce matin lâchant leurs activités au dernier moment, dans l'attente d'une réponse de la préfecture depuis plus de deux mois...

  • Didier

    Après avoir étés sollicités sur la commune par les porteurs du projet du parc éolien des Taillades, et leur avoir favorisé le passage des convois sans lequel le projet ne pouvait voir le jour. Nous avons le sentiment d'avoir étés lâchés par ces mêmes porteurs de ce projet qui ont été aux abonnés absents dans notre démarche. Merci à ceux qui ne pensent qu'à eux et à leur prestige au lieu de penser à l'intêret général de la population qui est sur place.

  • jordicosta

    rRegrettable que la requête des habitants et utilisateurs n'ait pas été entendu par la Préfecture.Vraiment je gâchis et des dépenses qui auraient pu s'éviter !!!

  • Bernard

    Je connais mal les arguments pour/contre mais il est vrai que ces « routes » facilitaient grandement l’accès à un territoire de toute beauté. Donc sans doute dommage pour les habitants et exploitants mais aussi pour les randonneurs et les touristes qu’ils soient à pied ou en vélo .... Quant au dialogue avec nos décideurs ...! Bien dommage .... Un « touriste » amoureux du Gevaudan depuis plus de 50 ans

  • Crouck

    St Frézal d'Albuges va bientôt passer à la lampe à huile, Mr MACRON, m'en parler. Supposition : le jour où la préfète visitera à titre privé la Commune de Saint Frézal d'Albuges en Lozère et qu'elle "enfangue" (les locaux comprendront) sa belle voiture dans les chemins des éoliennes, elle risque de regretter sa décision. Je suis sur que certains avec leur 4X4 passeront à coté en la narguant!!! Elle pourra appeler avec son portable ses valets (à condition qu'il y ait du réseau, mais c'est pas sur si on est revenu à la lampe à huile) pour venir la sortir d'affaire. Ce fait rappellerait l'histoire de l'arroseur arrosé !! Ce n'est qu'une supposition qui pourrait se révéler exacte.

Réagissez à cet article


© 2014 La Lozère Nouvelle - Un site créé par La News Company

Scroll To Top