Semaine Sainte et Pâques, le message de Mgr Benoît Bertrand, évêque de Mende

Semaine Sainte et Pâques. En cette période de confinement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, l’Église s'adapte au mieux. Sur notre département, Mgr Benoît Bertrand, évêque de Mende, adresse un message à tous celles et ceux qui souhaitent vivre ces fêtes afin de leur proposer les alternatives appropriées.

Le Dimanche des Rameaux et de la Passion nous a ouvert une semaine particulière. Quel mot assez fort pourrait la qualifier ? La tradition l’a appelée la « Semaine Sainte ». Une semaine bouleversante. Les événements se précipitent. Qui peut dire comment l’affaire va se terminer ? D’un triomphe populaire jusqu’à une mort atroce sur une croix, en passant par un repas testament entre amis et un procès étrange, une terrible farce ! Pourtant, ces événements vont traverser les siècles et les générations. Ils vont lancer, et pour toujours, le christianisme dans l’histoire. Ce sont des événements fondateurs. Ils vont inspirer des foules immenses.

Ces événements de la Passion, de la mort et de la résurrection du Seigneur, nous allons les célébrer en des temps éprouvants : crise sanitaire mondiale, confinement, préoccupations pour nos proches, les plus anciens en particulier. Devant les milliers de malades et de victimes du COVID-19, nous voici comme contraints à nous placer devant nos finitudes humaines, notre pauvreté, nos peurs… Nous aurons assurément, plus tard, à nous interroger : que nous est-il donc arrivé ? Pour le moment, vivons cette Semaine Sainte 2020 comme des pauvres, incertains de nous, mais sûrs de Dieu. Je vous invite à vous unir spirituellement aux Offices célébrés, par un prêtre seul, dans les églises paroissiales ou à la cathédrale. Les horaires vous seront donnés. Le site internet du diocèse de Mende et celui de la Conférence des évêques de France mais aussi les rendez-vous radiotélévisés (KTO, Le Jour du Seigneur sur France 2, RCF Lozère, France Culture…) vous permettront de vivre la Semaine Sainte dans le contexte de l’épidémie.

Certains s’interrogent : comment vais-je célébrer, cette année, le sacrement de la réconciliation ? Cette question est aussi la mienne ! Avec le devoir de rester chez nous, il ne nous sera pas possible, avant la fête de Pâques, de venir rencontrer un prêtre. Mais, chers amis, approchez-vous quand même de la Miséricorde de Dieu : prenez le temps de « mettre de l’ordre » dans votre cœur, désignez en vérité ce qui n’a pas été et serait à convertir, reconnaissez humblement votre péché en parlant à Dieu. Demandez-Lui pardon, récitez l’acte de contrition, prenez la résolution -lorsque l’épidémie sera passée- de rencontrer un prêtre puis dites le Notre Père et soyez en paix… Je précise qu’il n’est pas possible de recevoir l’absolution par téléphone ou visio-conférence.

Au terme d’un Samedi Saint, vécu dans une attente active et une prière confiante, nous serons unis aux célébrations, sans peuple, des Veillées Pascales en la cathédrale et dans nos églises paroissiales. Nous prierons pour les 8 catéchumènes dont les baptêmes seront reportés au samedi soir de Pentecôte. Notre diocèse de Mende est comme encouragé sur son chemin de foi et de conversion par celles et ceux qui demandent aujourd’hui le baptême. L’une d’elles témoigne, je la cite :« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours cru en Dieu. J’ai toujours priéà ma manière. Je n’ai jamais eu d’éducation religieuse mais j’ai toujours parlé à Dieu. Aujourd’hui je suis heureuse d’affirmer ma foi, d’oser en parler à ma famille… ma décision est réfléchie mais surtout elle s’impose à moi comme une évidence dans ma vie ».


Avec le Saint jour de Pâques, le Christ ressuscité nous appellera à passer des ténèbres à son admirable lumière ! Les grands maîtres de la spiritualité chrétienne l’ont souvent répété : ou bien le christianisme est un chemin de lumière et de vie ou bien il n’existe pas ! Si notre existence personnelle en est un signe, elle sera un témoignage : « Celui qui a été capable de changer ma vie au point de vouloir marcher à sa suite, je te dis qu’Il est capable de changer ta vie ». Avec la triste épidémie et le confinement, nous serons conduits, une nouvelle fois, à offrir au Seigneur une prière de communion de désir, elle est à votre disposition sur le site du diocèse.


Puissions-nous vivre, chers amis, cette Semaine Sainte 2020 en profonde communion spirituelle les uns avec les autres, unis à l’Eglise du ciel et de la terre. Le Seigneur nous l’assure : « Le royaume de Dieu s’est approché de vous ». Notre-Dame, Saint Privat et Saint Roch, priez pour nous.

+ Benoît Bertrand, Evêque de Mende

Commentaires (0)

Réagissez à cet article


© 2014 La Lozère Nouvelle - Un site créé par La News Company

Scroll To Top