Hommage au Père René Nurit Ancien curé du Malzieu par Jean-Noël Brugeron

C’est avec beaucoup de tristesse que je viens, au nom de la commune du Malzieu-Ville, au nom de toutes les communes de Prunières, St Pierre le Vieux, St Léger du Malzieu, Chaulhac, Julianges, St Privat du Fau, Paulhac en Margeride et Le Malzieu-Forain, et en mon nom personnel vous rendre Père Nurit un dernier hommage. A Roger votre frère et à toute votre famille, je tiens à vous exprimer ma profonde et respectueuse sympathie. Monsieur l’Abbé Nurit, avec votre départ la commune du Malzieu vient de perdre un fidèle serviteur, qui par son action a marqué tout ce territoire de la Margeride.

Vous êtes arrivé au Malzieu, un jour de la commémoration de la victoire de la Grande Guerre : c’était le 11 novembre 1975.

Vous y êtes resté pendant 34 ans, jusqu’à votre départ le 23 août 2009.
Ce départ fut très difficile pour vous, douloureux de devoir quitter toutes ces familles qui au fond, faisaient partie de votre famille.

Durant toutes ces années, vous êtes resté fidèle à votre engagement, à votre foi, et à la morale chrétienne qui ont pour exigence les commandements de Dieu.

Que dire, de ces évènements ponctuels, qui marquent l’existence humaine, à travers le baptême, les communions, le mariage et la mort, point de rupture de notre propre vie.

Vous les avez vécus auprès de toutes nos familles, dans des moments de joie, mais aussi de grande peine auprès d’hommes et de femmes, parfois demandeurs de quelque chose, peut-être pas toujours en mesure de l’exprimer.

Cela exige, beaucoup d’écoute, d’ouverture d’esprit, de disponibilité et de sensibilité, de la part du prêtre, car ces moments ont une approche et une signification dans la différence des hommes.

 

Accepter cette différence comme vous l’avez fait, a permis à tous ceux qui le souhaitaient, de se retrouver dans le quotidien de votre ministère.

Vous avez accompli le devoir d’annonce divine qui vous habitait, qui vous a été donné dès votre plus jeune âge par vos parents et qui a été, le cheminement, le fil conducteur, et le but ultime, de votre vie.

Dans l’exercice de votre ministère, vous avez écrit une longue et belle page de l’histoire du Malzieu :

- Comment ne pas évoquer, tous ces moments privilégiés auxquels vous avez consacré beaucoup de temps et d’efforts, pour faire des célébrations, vivantes, riches de sens, de joie, et de beauté spirituelle.

- Comment ne pas rappeler, la messe télévisée en 1982 qui marquera le centenaire, de l’église St Hippolyte du Malzieu, et qui mettra ainsi à l’honneur notre village sur le plan national.

- Comment ne pas se souvenir, de la création de notre chorale, toujours très appréciée qui continue à perdurer et qui rehausse avec éclat nos célébrations.

- Se souvenir aussi, de cette période qui a vu le départ du Malzieu des communautés, des religieuses Dominicaines en 1992, et de la Présentation de Marie en 1998.

- Comment ne pas rappeler, les kermesses paroissiales, qui se sont déroulées pendant 25 ans sous votre impulsion, et avec la participation de très nombreux bénévoles.

Cela vous a permis de récolter des fonds pour la restauration de nos églises. Ces kermesses, étaient avant toute chose de grands rassemblements familiaux, faits de rencontres et de partages dans une ambiance particulièrement chaleureuse.

Elles seront marquées notamment par les défilés de chars fleuris de toutes nos églises, qui créeront des liens au niveau des hommes et attireront un public nombreux venant de tous horizons.

- Je n’oublie pas non plus, votre soutien moral et effectif pour la mise en valeur de notre patrimoine, cultuel et culturel du Malzieu.

Il en fut ainsi de la restauration de l’ancienne église des Pénitents devenue la mairie en 1992, comme il en fut également de la réalisation du Trésor d’Art sacré de l’église, et de la restauration de l’ancien couvent des Ursulines.

 

 

De votre éternité, vous verrez la chapelle N-D de Lourdes, que vous avez beaucoup fréquenté et que nous sommes en train de restaurer.

- Rappeler votre action, en tant qu’ancien combattant d’Algérie, pour la création de l’association cantonale de la FNACA et de cette belle cérémonie de remise du drapeau.

- Mais vous étiez aussi, un fervent supporter du club de football du Malzieu, tout en permettant à de nombreux jeunes d’apprécier ce sport jusque dans les tribunes du stade de St Etienne.

Le 23 août 2009, avec toute la communauté de vos paroissiens, nous avons célébré, votre départ du Malzieu.

Ce fut, il faut bien le dire un moment de joie, notamment avec les bénédictions de l’orgue et de la Vierge d’Apcher, sur laquelle vous avez veillé durant de nombreuses années.

Mais ce fut aussi pour nous tous, un moment de grande tristesse, que de vous voir quitter Le Malzieu.

Pendant toutes ces années, votre vie a été particulièrement riche dans l’engagement de votre sacerdoce et de votre foi en Jésus-Christ.

Vous l’avez fait en tant que prêtre au service du peuple de Dieu.

Vous l’avez fait enfin, pour nos malades, prisonniers de la souffrance, et pour tous ceux aussi, que vous avez accompagné jusqu’au soir de leur vie.

Père Nurit,

Vous avez, dans une foi profonde et inébranlable, réalisé pleinement votre vie.

Pour y parvenir vous aviez besoin, d’une force et d’une lumière.

Cette force, vous l’avez trouvée en vous engageant totalement au service de Dieu, de son église et de son Evangile.

 

 

Quant à la lumière, qui vous a éclairé tout au long de votre vie, vous l’avez trouvée en suivant, pas à pas, jour après jour, celui qui a payé de sa vie le salut du monde.

Aimé de tous, vous êtes mort, comme vous avez toujours vécu, en gardant jusqu’au bout vos convictions profondes.

Vous avez consacré une grande partie de votre vie, à ce secteur du Malzieu et à cette terre de Margeride.

Ce pays que vous avez tant servi, et pour lequel vous avez tant donné, vous doit toute notre reconnaissance, affection et respect.

Votre départ si rapide qui nous a surpris nous attriste tous : votre frère Roger et votre famille bien sûr, nous qui sommes présents ici ou par la pensée, pour vous rendre un dernier hommage.

Avec votre disparition c’est un peu de la vie de nos villages qui nous quitte.

C’est aussi pour notre canton du Malzieu, une page de l’histoire de nos communes qui se tourne.

A travers votre silhouette, nous garderons de vous le souvenir d’un homme simple, le souvenir d’un homme de foi, qui est passé au milieu de nous en faisant le bien.

Pour ce qui me concerne, je garderai de vous Père Nurit, le bout de chemin que nous avons fait ensemble, pendant toutes ces années.

Je garderai de vous, votre visage, ce visage marqué par la force et le rayonnement de vos convictions.

Mais je garderai aussi de vous, ce visage marqué par la douleur que j’ai pu voir vendredi dernier, seulement quelques heures avant que vous n’alliez rejoindre celui que vous avez aimé et beaucoup servi.

Père Nurit,

- pour tout ce que vous avez fait, au Malzieu,

- pour tout ce que vous nous avez donné, durant toute votre vie,

Merci, et reposez, en paix.

 

(Jean-Noël BRUGERON, maire du Malzieu)

Commentaires (0)

Réagissez à cet article


© 2014 La Lozère Nouvelle - Un site créé par La News Company

Scroll To Top