Médiapart accuse le député Morel à l'Huissier de dérives présumées

Frais kilométriques imaginaires, versements supposés de frais de mandats à ses assistants et nombre d'autres accusations figurent dans l'article à charge contre le député de la Lozère, publié jeudi sur le site Mediapart

Surprise en Lozère ? Pas vraiment. Le sillage d'un journaliste du site Mediapart accroché aux baskets du député Morel à l'Huissier était évoqué de façon récurrente y compris dans les sphères avisées depuis cet été.

Surprise en revanche quant au contenu de son enquête qui vient d'étre publiée sur le site Internet Mediapart.

Sous le titre explicite : "Les frais imaginaires du «chevalier blanc» de l’Assemblée nationale", l'enquêteur assoit sa démonstration du vieil adage selon lequel, quand on enfourche le blanc destrier de la probité, il faut regarder ce que le canasson laisse derrière lui. Pour ce faire, il a donc suivit la trace de Pierre Morel jusqu'en Lozère. A la clef un article (fleuve ?) au long contenu à charge…

Il y est question d'argent public, de remboursements de frais supposés litigieux, de mouvements de fonds sur les comptes d'assistants (d'ailleurs, un témoignage de l'un d'eux est publié sous couvert d’anonymat), mais aussi de notes de frais supposées équivoques, de subventions aux associations… Et bien d'autres choses encore. Une longue suite de mises en questions et une avalanche d'accusations étayées, par l'enquête menée depuis trois mois.

Après une première salve de courriers laissés par un corbeau dans les rédactions de la presse locale, c'est aujourd'hui un média parisien qui met en cause le député. Ce qui suscite des interrogations : va-t-on connaitre prochainement d'autres facettes de cette affaire ? Et quelle va être la position de la justice ?

Pour sa part le député qui s'insurge vivement contre les méthodes d'enquête utilisées par le journaliste de Mediapart a déclaré par communiqué : « Je ne laisserai salir ni ma personne, ni mon entourage professionnel et privé, ni ma suppléante, et démontrerai point par point la fausseté de ces allégations. Et je ne manquerai pas, comme je l’ai toujours fait depuis 17 ans de vie parlementaire, de poursuivre mon combat pour une meilleure transparence de la vie publique».

Plus d'infos, jeudi, dans la Lozère Nouvelle

 

Commentaires (2)

  • MINOS

    Si ces allégations sont fausses il faut que Pierre MOREL saisisse de suite la justice et ne cherche pas à répondre en direct à MEDIAPART car cela entrainera de discussions qui vont s'éterniser et surtout laisser des traces indélébiles ... Il ne faut pas qu'il cherche à se justifier car ses justifications marqueront ses limites Le recours immédiat à la Justice est la seule voie efficace

  • Lecteur Perplexe

    Au-delà de l'évidente honte de ces actes, je m'interroge sur un passage de l'article "Après une première salve de courriers laissés par un corbeau dans les rédactions de la presse locale, c'est aujourd'hui un média parisien qui met en cause le député" serait-il possible de savoir pourquoi LN n'a donc pas mené sa propre enquête à l'époque ? NDLR… vous avez la réponse dans le numéro de Lozère Nouvelle de ce jeudi

Réagissez à cet article


© 2014 La Lozère Nouvelle - Un site créé par La News Company

Scroll To Top