Au-delà de toutes les frontières avec le festival Détours du Monde !

Antidote puissant aux problèmes auxquels notre société est confrontée, le concept de festival garde toute sa légitimité. Pour sa treizième édition Détours du Monde propose un programme éclectique qui va mettre Chanac en ébullition.

Florian Olivères, le directeur artistique du festival, présente les temps forts.

Vendredi 15 juillet à Chanac :

19 heures, scène d’ici et d’ailleurs, Pura Fé « c’est un concert assez unique puisque cette fascinante voix amérindienne sera en formation réduite avec son violoncelliste et son guitariste ».

20 h 45, scène des possibles, Free River « la grandeur du jazz negro-spiritual incarné par Emma Lamadji. La chanteuse, accompagnée du guitariste Matia Levrero, apporte des sons aux nuances de jazz, gospel, pop, world… ».

22h30, scène des possibles, Harrison Stafford (Groundation) & The Professor Crew « le Californien qui a “casté” les meilleurs musiciens jamaïquains. C’est une nouvelle forme de reggae, moins dans la tradition. Il nous a séduits ».

minuit, scène des possibles, Uèi « ce quatuor questionne la langue occitane. C’est aussi la nouvelle génération ! On a déjà accueilli les deux chanteurs à Chanac. Ils sont dans la mouvance de la langue occitane réunie avec les codes du hip-hop. Ils vont se servir de boucliers comme percussions! Ils terminent leur parcours de résidence avec ce concert ».

Samedi 16 juillet à Chanac :

19 heures, scène d’ici et d’ailleurs, Raizes « Imed Alibi, que l’on connaît bien puisqu’il est souvent venu à Chanac, a fait des recherches sur les liens entre le Brésil et la Syrie. Ce Tunisien a trouvé Haki Kilic, un Kurde qui a joué sur scène avec des Brésiliens du Nordeste ! Il y a bien eu des flux migratoires entre le Brésil et la Syrie ».

20h45, scène des possibles, Ester Rada « cette femme majestueuse a fui l’Éthiopie pour se réfugier en Israël. Elle s’est alors heurtée à cette problématique : comment faire sa musique dans ce pays soumis aux tensions politiques ? Elle danse de manière éthiopienne sur une musique contemporaine : R & B, soul… ».

22 h 30, scène des possibles, Les Amazones d’Afrique « le premier groupe de femmes réunissant les plus grandes divas maliennes : Mariam d’Amadou et Mariam, Mamani Keita, Ina Modja… ».

minuit, scène des possibles, Beatik « artiste slovaque qui réside dans notre région. Elle a adapté des chants de son pays avec le rock-pop. C’est son père et son grand-père qui lui ont transmis cette tradition. Ces textes ont été interdits pendant des années dans son pays. Ses chansons évoquent l’oppression ».

Commentaires (0)

Réagissez à cet article


© 2014 La Lozère Nouvelle - Un site créé par La News Company

Scroll To Top