Accueil de nouvelles populations : la Lozère comptera-t-elle un jour 100 000 habitants ?

Avec 14 habitants au km2, la Lozère est en manque cruel de population. Le Conseil général mène donc, depuis 2011, une politique d'accueil de nouvelles populations actives. D'où l'idée de créer des comités locaux d'accueil.

Le dernier résultat du recensement INSEE montre une légère diminution (- 275 habitants) sur la population totale du département. Le nombre annuel de décès est stable et approche les 950 par an alors que le taux de natalité est le plus faible du Languedoc-Roussillon. Le vieillissement de la population est donc inévitable. Pour compenser ce déficit naturel qui va s'accroître dans les années à venir, il faut amplifier le phénomène migratoire en intensifiant les politiques d'attractivité et d'accueil de nouvelles populations.

Jean-Paul Pourquier ne dit pas autre chose: « Si l'on a eu, il y a quelques années, des chiffres qui montraient une augmentation de la population, c'est grâce au solde migratoire. L'enjeu est de capter de nouveaux actifs d'où le coup de projecteur sur la marque Lozère Nouvelle Vie. On a aussi financé des campagnes publicitaires à la télévision mais elles sont très chères ! On a pensé qu'il fallait aller encore plus loin pour accompagner les nouveaux arrivants d'où l'idée de ces comités locaux d'accueil ».

En juillet 2014, le Département a décidé de lancer, auprès de toutes les communes et de toutes les communautés de communes, un appel à candidatures pour la mise en place de ces comités. Leur rôle est simple : parrainer le nouvel arrivant en lui présentant son nouveau cadre de vie. Les lauréats de cet appel à candidatures sont… quatre : la communauté de communes de Villefort, les communes de Chirac et du Monastier-Pin-Moriès et la communauté de communes du Pays de Florac et du Haut Tarn.

Le président du Conseil général n'a pas nié la faiblesse de ce chiffre : « J'espère et je suis certain que cette expérience fera des émules. Certains n'ont peut-être pas vu l'intérêt de cette démarche mais il va y avoir un essor. Dans certaines communes, il se fait déjà des choses pour accueillir la population. Il faut qu'elles nous rejoignent. Nous devons prendre ce sujet très au sérieux car la Lozère doit faire face à une très forte concurrence des territoires voisins ».

On l'aura compris : la beauté des paysages lozériens n'est pas suffisante pour "faire venir" ces nouveaux actifs tant recherchés par les territoires ruraux. Il faut bien d'autres choses et en particulier un accueil irréprochable.

Alors, une Lozère avec 100 000 habitants, c'est possible ? On s'enflamme peut-être un peu !

Commentaires (6)

  • domi48

    OUI... la beauté des paysages lozériens n'est pas suffisante pour "faire venir" ces nouveaux actifs tant recherchés par les territoires ruraux. Il faudrait d'abord préserver ces paysages... Miter le paysage avec des parcs éoliens n'est vraiment pas ce qui va attirer les nouveaux actifs ! Il faut bien d'autres choses et en particulier un accueil irréprochable mais c'est déjà un atout... Dans certains villages de Margeride être "étranger" au département est clairement un obstacle... Il y est TRES difficile de s'intégrer...

  • Saint-albanais

    Notre milieu rural est mis à mal, avec la décentralisation qui diminue encore les dotations de l'état. Les commerces se meurent, le département est vieillissant et la désertification médicale s'intensifie. Il devient difficile de vivre en Lozère alors que la qualité de vie est incomparable. Ce département si magnifique est agro-touristique et nos paysages sont tout ce qui nous reste ! C'est à ce niveau qu'il faudrait agir. Il faut développer le tourisme. C'est de la création d'emplois et des retombées financières pour les localités. Et bien avec nos élus actuels, comme le dit "domi48", ils ne trouvent pas mieux que de laisser saccager notre Lozère avec de nombreux parcs éoliens. Escroquerie subventionnée par nos impôts et taxe (cspe sur vos factures EDF), énergie aléatoire et si peu fiable uniquement pour enrichir sous couvert d'écologie le business juteux des promoteurs. Regardez ce qu'ils ont fait si près de chez nous, dans le Lévézou : c’est la destruction du tissu social et tuerie du tourisme. Alors pensez à questionner vos élus, mais ils ne se mouilleront pas à vous répondre tel le lobbying éolien est puissant et leurs font miroiter des milliers d’euros par installation au mépris des riverains qui en subiront les conséquences. C’est toujours l’omerta. N'oubliez-pas un vote utile les 22 et 29 mars prochain. Notre avenir et celui de nos enfants en dépendent.

  • Marvejols

    La Lozère manque surtout cruellement d'emploi pour accueillir de jeunes actifs ! On a passé plus de 6 mois à Marvejols à la recherche d'un emploi. Finalement on s'est installé à Clermont-Ferrand... Alors que notre rêve était la Lozère. On reviendra à la retraite, tant pis...

  • Syl20

    C'est important et louable de vouloir attirer de nouveaux arrivants sur le territoire. Mais pourquoi "laisser partir" des jeunes nés et ayant grandis en Lozère qui pour la plupart sont obligés de s'installer loin de leur département de naissance, dans de grandes agglomérations, Lyon, Montpellier, Clermont-Ferrand, Paris..... Créer déjà à ces jeunes (dont je fais partis) des opportunités de pourvoir rester !

  • merlyta48

    Quelle hypocrisie de la part du conseil général de la Lozère... Voilà maintenant 8 ans que je me bats avec mes collègues pour pérenniser nos postes (5 salariés de moins de 40 ans)... Chaque année, le défi à relever est plus grand... Allez répondre à un appel d'offre du conseil général de la Lozère... Vous verrez, ils retiennent toujours l'offre venant de Marseille, Toulouse ou d'ailleurs... mais surtout pas les offres de acteurs locaux... et ce n'est pas une histoire de coût, c'est clair !... une histoire de quoi alors ? Allez savoir !!

  • ty

    Je suis étonné par les harangues anti éoliennes car contrairement aux éoliennes, le paysage n'a jamais créé d'emplois ! L'avantage de l'eolien est de créer de l'emploi local au moins pour l'entretien et non dans les centrales nucléaire de la vallée du Rhone. Pour le reste, ce n'est pas en investissant 2 M€ dans une mairie/salle pour les 200 habitants de la Fage Saint Julien que la dépense publique va changer qqchose ! Il faut concentrer les investissements sur des pôles économiques, non les saupoudrer suivant des besoins électifs sénatoriaux. Saint Chély est une bonne base de départ mais le centre ville a un habitat qui est une ruine-repoussoir et qui doit être restructuré...mais comme le canton se détourne de son chef lieu... Clochemerle, quand tu nous tiens !

Réagissez à cet article


© 2014 La Lozère Nouvelle - Un site créé par La News Company

Scroll To Top